Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 18:31

Le terme polypensionné est utilisé pour désigner les personnes à la retraite qui touchent plusieurs pensions parce qu’ils ont cotisé auprès de plusieurs caisses de manière simultanée ou successive. Comme les carrières professionnelles durent plus longtemps et que les mutations surviennent plus rapidement sur le marché du travail, de plus en plus d’actifs effectuent un parcours très diversifié avant de partir à la retraite : ils peuvent ainsi être salariés, agriculteurs, travailleurs indépendants, etc.

L'Amicale vous invite à prendre connaissance ce ce nouveau mode de calcul en vous connectant sur le site :

https://www.retraite.com/calcul-retraite/polypensionnes-nouveau-mode-de-calcul-de-retraite-au-1er-juillet-2017.html

La fin de l'article est particulèrement intéressant :

:" Un nouveau mode de calcul avantageux pour certains et lésant pour d’autres

D’après les experts, ce nouveau mode de calcul va permettre d’améliorer le montant de la pension de certains polypensionnés : par exemple, une dame qui était salariée (CNAV) pendant 23 ans avant de devenir indépendante (RSI) pendant les 16 années suivantes bénéficiera d’une augmentation annuelle de 1 500 euros. La réforme est donc très avantageuse pour elle.

En revanche, pour les assurés qui ont cumulé deux activités qui relèvent de deux régimes alignés verront leurs droits s’amoindrir parce que les cotisations versées auprès du régime qui ne s’occupera pas des versements de la pension seront perdues. Les personnes qui ont fait un cumul pendant 18 ans essuieront une perte annuelle avoisinant les 9 000 euros.

L'Amicale ne peut que vous conseiller de bien vérifier si vous êtes concerné, le calcul pouvant avoir une incidence très importante sur le choix de la date de votre départ en retraite

Repost 0
Amicale-Isica-Vosges - dans Social
commenter cet article
4 octobre 2017 3 04 /10 /octobre /2017 11:22

Le 1er octobre est marqué par une hausse de presque 1 % des pensions. Sont visées la quasi-totalité des retraites de base, mais seulement une petite partie des complémentaires.

LE MONDE | 30.09.2017 à 15h17 • Mis à jour le 02.10.2017 à 10h29 |
Par Aurélie Blondel
 « Pour les pensions de réversion, pouvant être touchées par le conjoint survivant à la mort de l’assuré, la revalorisation s’applique dans les mêmes conditions que pour les pensions de droits directs. »
Si les pensions de retraite n’avaient, pour la plupart, pas été revalorisées en 2016, en raison de la très faible inflation, elles le seront bel et bien en 2017. Niveau de la hausse : 0,8 %. Date d’entrée en vigueur de l’augmentation : le 1er octobre.
Pour la fixation du taux de revalorisation annuelle, une formule (liée à l’inflation) est inscrite dans le code de la Sécurité sociale, mais un certain suspense flotte tout de même chaque année à la rentrée car le gouvernement a, comme pour le taux du livret A, la possibilité de l’appliquer ou non. Le suspense ayant été levé et le taux de hausse confirmé mi-septembre, reste à comprendre à quelles pensions il s’applique, précisément.
Rappelons qu’en règle générale, les retraités touchent une pension de base, et une ou plusieurs pension(s) complémentaire(s). La hausse de 0,8 % actée par le gouvernement pour le 1er octobre vise la quasi-totalité des pensions de base.
Quant à l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), l’ex-minimum vieillesse, elle n’évolue pas au 1er octobre, son indexation annuelle ayant lieu au 1er avril. Le gouvernement a cependant d’ailleurs d’ores et déjà annoncé qu’une revalorisation exceptionnelle de 30 euros interviendrait en 2018 pour l’Aspa.
Quand les pensions complémentaires seront-elles revalorisées ?
– Pour les anciens salariés (agricoles compris), les pensions complémentaires versées par l’Arrco et l’Agirc sont revues au 1er novembre. Aucune hausse n’est toutefois a priori à espérer cette année : les partenaires sociaux, qui copilotent ces régimes, avaient décidé que les revalorisations 2016, 2017 et 2018 correspondraient au taux d’inflation « soulagé » d’un point. Or, le gouvernement prévoit, pour 2017, une inflation d’1 %. Et un moins un…
 

Repost 0
Amicale-Isica-Vosges - dans Social
commenter cet article
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 10:02

ECONOMIE Le Conseil d’orientation des retraites (COR) doit adopter ce mardi son rapport annuel sur les «évolutions et perspectives des retraites en France»…

20 Minutes avec AFP

Publié le 20/06/17 à 10h41 — Mis à jour le 20/06/17 à 10h41

Mauvaise nouvelle : selon les dernières prévisions du Conseil d’orientation des retraites (COR), qui doit présenter et adopter ce mardi son nouveau rapport annuel, l’avenir financier s’assombrit pour le système de retraites, tous régimes confondus,

Pas de retour à l’équilibre avant 2040 (ou même 2050)

Selon une version provisoire du document, consultée lundi par l’AFP, le « solde financier du système de retraite » (régimes de base et complémentaires, Fonds de solidarité vieillesse inclus) devrait s’établir à -0,4 % du PIB à l’horizon 2021. Une mauvaise surprise comparée aux prévisions publiées en 2016 - qui tablaient sur un déficit deux fois moindre (-0,2 % du PIB) à l’horizon 2020.

Principale cause ces prévisions pessimistes : la révision à la baisse des hypothèses de croissance du PIB (passées pour 2020 de 1,9 % l’année dernière à 1,7 %). Résultat : le retour à l’équilibre, jusqu’alors envisageable pour le milieu des années 2020, n’interviendrait qu’au début des années 2040… au mieux. C’est-à-dire en supposant une croissance des revenus d’activité d’1,8 % et un taux de chômage à 7 %. Il serait repoussé au début des années 2050 en cas de croissance à 1,5 %, taux en dessous duquel le système resterait « durablement en besoin de financement », note le rapport.

Pour évaluer ces besoins jusqu’à l’horizon 2070, le COR s’appuie sur quatre scénarios de croissance des revenus d’activité (1 %, 1,3 %, 1,5 %, 1,8 %) couplés à un taux de chômage de 7 % à partir de 2032.

A moyen terme, le « solde financier du système resterait négatif » dans tous les cas « sous l’effet principalement de la baisse des ressources en pourcentage du PIB ». La situation s’aggraverait même dans le scénario le plus optimiste, avec un déficit de 0,7 % du PIB entre 2026 et 2030 en cas de croissance à 1,8 %. En revanche, à plus long terme, on observe une baisse des dépenses, dans trois scénarios.

Un contexte économique et démographique défavorable

Plusieurs facteurs permettent d’expliquer ces projections plus pessimistes, comme la récente révision des prévisions démographiques de l’Insee, avec l’abaissement du solde migratoire annuel et l’allongement de l’espérance de vie des hommes, ou les effets plus rapides qu’escompté de la réforme de 2010.

Autre explication : une croissance de la masse salariale des fonctionnaires (où le taux de cotisation finançant les retraites est plus élevé) moindre que la masse salariale totale, qui a un effet minorant sur les ressources du système. Mais traduit également de moindres dépenses pour l’Etat.

Pris en compte pour la première fois, le compte pénibilité, qui pourrait permettre à 100.000 personnes d’anticiper leur départ à la retraite en 2070, aurait un impact « quasi nul » sur le solde financier du système.

A l’inverse, la liquidation unique dans les régimes alignés (Lura) à compter de juillet devrait « conduire à baisser la pension moyenne des polypensionnés » jouant d’autant sur les comptes.

Un chantier de réforme plus compliqué que prévu

Pour le gouvernement d’Emmanuel Macron, qui promet d’unifier tous les régimes de retraite sans toucher à l’âge légal de départ ou aux modalités des pensions, l’équation pourrait se compliquer.

D’autant plus que l’augmentation d’1,7 point du taux normal de la CSG (contribution sociale généralisée) ne fait rien pour rassurer des retraités échaudés par le gel de leurs pensions. Et pour qui le COR prévoit une baisse de la pension moyenne relative au revenu d’activité.

Trois leviers sont privilégiés pour assurer la pérennité financière des systèmes de retraites : l’âge de départ, le niveau des pensions et les cotisations.

Il reviendra à une autre instance, le comité de suivi des retraites, de formuler ou non des recommandations à l’adresse du gouvernement, dans un avis à paraître avant le 15 juillet. Ce qu’il s’est gardé de faire depuis sa création en 2014.

Repost 0
Amicale-Isica-Vosges - dans Social
commenter cet article
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 15:03
Retraites 2017
Retraites 2017

Article paru dans le Particulier de mars 2017.

A lire: Les retraites Agirc et Arrco sont aussi rabotées.

Repost 0
Amicale-Isica-Vosges - dans Social
commenter cet article
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 10:39

 

releve carriere 1

 

releve carriere 2

Repost 0
Amicale-Isica-Vosges - dans Social
commenter cet article
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 14:31

Numériser0001-copie-1

Repost 0
Amicale-Isica-Vosges - dans Social
commenter cet article
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 14:43

Numeriser0006.jpg

Repost 0
Amicale-Isica-Vosges - dans Social
commenter cet article
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 14:59
Dans le cas ou vous ne seriez pas d'accord avec le nombre de points ( trimestres ) pris en compte par l'ARRCO 
veuillez trouver joint un modèle de lettre :
pensez à mettre à jour l'année (ici dans l'exemple 1999)

contestation-arrco-.jpg 
Repost 0
Amicale-Isica-Vosges - dans Social
commenter cet article

Accueil

  • : Le blog de l'amicale-isica-vosges
  • : Club de loisirs d'échanges et d'informations
  • Contact

Sommaire